• citation lego voyageures 1
  • citation lego voyageures 2
  • citation lego voyageures 3
  • citation lego voyageures 4
  • citation lego voyageures 5
  • citation lego voyageures 6
  • citation lego voyageures 7
  • citation lego voyageures 8
  • citation lego voyageures 9
  • citation lego voyageures 10
  • citation lego voyageures 11
  • citation lego voyageures 12
  • citation lego voyageures 13
  • citation lego voyageures 14
  • citation lego voyageures 15
  • citation lego voyageures 16
  • citation lego voyageures 17
  • citation lego voyageures 18
  • citation lego voyageures 19
  • citation lego voyageures 20

54deg 48min 5sec Sud – Ushuaia

25 Comments

« …Cette douce sensation d’avoir l’impression de se réveiller après un rêve merveilleux ; cette joie sans limite qui nous inonde ou alors cette pointe de fierté qui perce la carapace d’humilité que nous essayons toujours de porter, voilà nos sensations au moment de plonger sur la ville la plus australe de notre voyage… »

Voici 581 jours que nous sommes sur la route. 1500 heures de selle à contempler les paysages les plus fous et rencontrer des gens qui à chaque fois, nous apportent beaucoup. Aujourd’hui, notre périple au travers des Amériques prend fin. Une énième page de notre carnet de voyage s’écrit et c’est avec le cœur remplit d’émotions que nous débarquons à Ushuaia !

*          *          *

La Terre de Feu aura marqué de manière forte la fin du parcours. Le vent patagonien nous a tantôt martyrisé puis tantôt poussés dans le dos. La Pampa aride a laissé la place à une forêt digne des hobbits et les cours d’eau ont refait leur apparition. L’accueil des habitants a confirmé que le côté humain du voyage est ENORME et les dernières rencontres ont inscrit cette certitude dans la pierre.

Vous raconter les 500 derniers kilomètres ? Non…. ! Simplement notre ultime rencontre avec des gens généreux. Premier jour sur la Terre de Feu, on retrouve notre route en gravier et en mauvais état. La vitesse diminue et on avance gentiment sans trop savoir où nous irons dormir. Le vent, bien que clément, se réveille parfois la nuit et assène de violents coups à la tente. On cherche donc un maximum des toits ou endroits pour nous abriter. En fin de journée, la chance nous sourit et on débarque dans un campement d’ouvriers de la route qui s’acharnent à asphalter une portion chilienne. Les portes nous sont grandes ouvertes et rapidement, on a accès à tout. Eau chaude, fromage râpé pour nos pâtes, cuisine agencée et petit à petit on sympathise avec Marco, Rodrigo et José, un gaucho voisin du campement. L’alcool s’alterne avec le maté et la soirée est sympa. On se fait offrir plein de choses et on est aux anges. José le gaucho, bien imbibé, nous promet la dégustation d’un mouton le lendemain dans sa cabane au milieu des champs. On s’en réjouit mais on se demande si une fois sobre, l’info aura laissé une empreinte suffisamment forte pour lui rappeler tout ça !? Après une courte nuit mais délicieusement au sec dans un portakabin, on enfourche les vélos sous la pluie et on rejoint José chez lui. Il vit dans une cabane en bois et en tôle et veille sur quelques mille moutons et des chevaux. Au moment de passer le pas de sa porte, on aperçoit une tête fraichement décapitée et encore sanguinolente. L’œil de la défunte bête nous regarde sans aucune réaction. On comprend à ce moment précis que notre ami a tué un animal quelques heures avant notre arrivée et que nous aurons bel et bien droit à notre repas.

Petit à petit, on réinstaure le climat de confiance de la veille et on peut enfin lui soutirer plus d’infos. Oui, la tête était bien encore accrochée au corps il y a trois heures. Oui, l’enclos au fond du jardin sert d’abattoir pour asséner le coup fatal à l’agneau. La peau à cheval sur une planche doit sans doute être encore chaude et les viscères de la pauvre bête gisent à quelques mètres dans l’herbe, en offrande totale aux mouches plus carnivores que nous. La scène est bien rude pour les yeux et le nez mais la gentillesse du geste nous touche. Rien que pour les deux petits suisses que nous sommes, il a abattu une brebis de trois mois et de magnifiques morceaux sont en cours de cuisson au four. Le fumet de la cuisson, si typique de l’agneau, s’enfile dans nos narines et rapidement, la sensation de « dégout » laisse la place à la faim. Nos instincts carnivores sont cent pour cent là ! Au moment de nous servir, l’instant est magique. On se retrouve à partager un repas de midi avec un gaucho chilien dans la plus pure tradition des gardiens de bétails. Maté, viande, patates à l’eau, clope pas chers et radio brouillée font de cette scène une ouverture sur le passé. Je crois que nous avons l’immense honneur de voyager dans le temps d’une manière inimitable !

powered by WordPress Multibox Plugin v1.3.5

La viande fût excellente et elle nous laissera un souvenir impérissable !

Après encore quelques discussions, on décide de reprendre la route et on commence, pour la première et unique fois du voyage, à rouler à 15h !!! La route est pourrie et la pluie s’invite au programme. Les gouilles qui se sont formées sur la chaussée et qui sont remplies d’eau boueuse font la plus grande joie des automobilistes qui les visent à 120km/h pour voir si les cyclotouristes que nous sommes sont étanches ! En 60km, nos vestes de pluie ont pris dix ans d’âge !!! La frontière est franchie dans la soirée puis on nous laisse gentiment planter la tente derrière un hôtel aux prix indécents pour zéro francs. Le vent se lève dans la nuit et on est content d’en être abrités. En retrouvant l’Argentine, on retrouve aussi l’asphalte et la route se déroule sous nos pneus usés jusqu’à Rio Grande où nous passons la nuit au sec.

A partir de là, il nous reste 220km avant la destination finale et l’excitation est palpable. D’un côté la réjouissance de toucher au but et de l’autre l’impression que nous n’avançons pas vite. La Pampa se transforme en forêt un peu avant Tolhuin. Cette ville est connue des cyclo car c’est l’ultime étape ou presque avant Ushuaia. En plus, elle abrite une boulangerie connue depuis près de trente ans et qui abrite des voyageurs en tous genres. On toque donc à la porte et on se retrouve avec un endroit au sec pour la nuit. Etant donné qu’il a déjà quatre jeunes qui dorment dans la chambre aménagée, on met nos matelas dans le hangar qui abrite les réserves de farines, de sucre et de levure. On dort entre une pile de sacs de 50kg de farine (50 tonnes de poudre blanche) et une pile de sacs de sucre…Au moment de nous endormir, on espère que rien ne tombera durant la nuit car nous n’avons ni Orthovox, encore moins le système Recco !

powered by WordPress Multibox Plugin v1.3.5

Au réveil, on se fait offrir du pain frais et délicieux et une fois la pense bien remplie, on s’enfuit pour les 110 derniers kilomètres. Ca monte ça descend, il pleut, il fait soleil…les camions nous doublent de près. La rencontre avec un jeune couple lausannois qui baroudent en bus nous réchauffe un peu le cœur et on parvient au lago escondido (lac caché) où nous dégotons un endroit tenu par la protection civile du coin qui nous laisse manger notre pause de midi au sec.

S’en suit le dernier col du voyage qui nous aura juste fait rire….400m de montée après les Andes et les monstres à 5000… Ca passe facile !

Encore quelques heures de route et la dernière descente sur cette ville si mythique et lointaine au départ de Anchorage apparaît. On se sent ivre de bonheur et la joie est intense. Il nous est impossible de vous raconter en détails ce qui nous passe par la tête car nous-même n’en sommes pas vraiment certain. En revanche, on a envie de remercier tous ces gens qui ont jalonné notre route. Par leur aide, leur partage, leurs sourires ou simplement leur présence, ils ont fait de notre voyage une révélation sur la beauté des rapports humains.

Merci à vous tous de près ou de loin qui avez apporté votre pierre sur les murs de notre cathédrale quotidienne.

Bien entendu, un immense merci à vous, nos lecteurs, qui par vos messages ou même votre discrétion avez contribué à la vie de notre site Internet. L’aventure continue en Europe avec quelques chroniques à paraître mais gentiment le site fermera ses portes ou alors changera de vocation…Qui sait !?

Un merci tout particulier à Yannick, notre webmaster, qui a assuré le soutien, le financement et l’aide technique de notre vitrine personnelle sur ce voyage.

Pour terminer, un merci à nos papas, mamans, frère, sœur et toute notre famille. Durant deux ans, et malgré la distance, les liens se sont resserrés encore plus fort et l’impatience de vous revoir continue de grandir dans nos cœurs de voyageurs.

powered by WordPress Multibox Plugin v1.3.5

Une galerie de photos comme à son habitude pour mettre l’image sur notre texte (âme sensible s’abstenir…)

Pour rappeler les détails de notre retour, sachez que nous arriverons à Venise dans le tout début avril et nous y reprendrons nos vélos. Nous croiserons en direction de la Toscane, puis nous entrerons en France par la côte. Si les vents nous sont favorables, nous ferons un crochet par Toulouse pour visiter des amis avant de revenir sur Grenoble en empruntant les cols qui auront ôté leur manteau d’hiver. Notre arrivée en Suisse est prévue pour le tout début du mois de juin. Affaire à suivre !

De Ushuaia, nous rendons l’antenne et bouclons ainsi ces 25’000km de routes avec la sérénité gravée dans le cœur. On vous embrasse.

 

Marie et Johann

25 Comments

  1. Ainsi s’achève votre périple outre-antlantique. Merci d’avoir partagé avec nous ce merveilleux voyage. Vous nous avez fait sourire, rire et même pleurer. Gros bisous

  2. Je le dis publiquement, question de mettre une petite pression, j’attends impatiemment de lire votre livre de voyage que je pourrai tenir dans mes mains et ainsi sentir l’odeur du papier! BRAVO! BRAVO! BRAVO! xoxoxox

  3. bravo à vous pour tout ces kilomètres parcourus.il faut une bonne dose de courage et d’énergie pour achever un tel parcours.nous aurons certainement des nouvelles de vous par marie et olivier.les parents de marie.

  4. Hello,
    Félicitations et merci de nous avoir fait vibrer durant ce périple de deux ans !
    À bientôt
    Christophe

  5. BRAVO les legos. Félicitations pour cette performance hors du commun. La façon de marcher sur le chemin de la vie est plus importante que le but à atteindre mais Mon Dieu … que l’arrivée a dû être belle ! Un immense MERCI pour vos textes, vos vidéos, vos photos, votre optimisme, votre joie de vivre, votre persévérance et surtout pour vos nouvelles fréquentes qui nous ont évité trop d’ennui.
    ET MERCI à Yannick votre webmaster qui nous a permis tant de bons moments.
    Les Christians sont à 10000 m sur l’Atlantique en ce moment ! Belles retrouvailles et et et èèèèèèè Santéééééé !!!!:-)

  6. Un grand bravo! Merci pour ces aventures!!!!

  7. sniff, sniff, …
    c’est déjà (presque) fini !

  8. Fabuleux, merci pour votre inspiration, vous etes magnifiques.

  9. Attention lecteurs
    Zavez vu la vidéo carretera australe episode 1 ? Elle est juste avant. Et ce serait dommage de faire comme moi, de la manquer parce quîls ont mis deux posts en même temps. A vos vélos pour les vacances d’été :-)

  10. Bravo: pour votre périple
    Félicitation: pour votre performance
    Merci: d’avoir partagé votre aventure avec nous
    Merci: pour ces magnifiques photos
    Me réjouis de vous revoir bientôt

  11. Déjà fini! Oh noooon!!!!
    C’était trop chouette de vous lire et quel régal vos photos!
    Votre joie de vivre est merveilleuse!
    Vous êtes merveilleux!
    BRAVO!!!

  12. Bravo les cyclistes, le but est atteint et nous remplit de bonheur.
    Chapeau bas à l’exploit et profitez bien des dernières journées de votre grand aventure, vous l’avez bien mérité. Encore merci pour ces recits passionants et vos photos qui nous ont fait vivre votre aventure presque au quotidien.
    A bientôt en Suisse. Charly et Isabelle

  13. « colorín colorado este cuento se ha acabado » : Así es como los cuentos se acaban. El vuestro, un sueño hecho realidad, un recuerdo grabado para siempre. Muchas gracias por haber compartido vuestro viaje y os saludo por el valor que haveis tenido. Una hermosa parte de vuestra vida a dos se acaba. Buen regreso a vuestras casas :-) .

  14. Félicitations à vous deux pour chacun de ces 581 jours et d’avoir vécu ce rêve jusqu’au bout!
    On se réjouit de partager avec vous votre prochaine aventure!
    Plein de bisous!
    Carine & Hans

  15. Je n’ai qu’un mot…BRAVO!!! BRAVO!!! BRAVO!!!

    Je fini à l’instant de lire vos aventures et c’est juste formidable et très émouvant (Je n’ai pu retenir une larme lors de vos dernières lignes…)

    Bonne fin de périple à vous 2 et si, par hasard, vos vélos vous emmène dans le jura vaudois et plus précisement sur le col du Mont Tendre vous êtes les bienvenu chez moi! :-)

    Amicalement,

    Line R.

  16. Très heureux de vous savoir au but enrichi de 1001 rencontres amicales et d’aucune, ou presque, inamicales. J’admire votre persévérance et votre abnégation. Car il en faut. Bonne suite de voyage du retour.
    Bises et amitié.
    François

  17. Bravo et Merci pour ce magnifique voyage. Bon vent pour la suite.

  18. Yeah yeah ! Bien joué les LEGO ! Qui eu crû que des petits bonhommes en plastique comme vous puissent pédaler autant ?? Par contre, vous avez « oublié » Nantes dans votre parcours chez les Shadock. Hum hum… Attention, si vous e venez pas à la Dring Team, la Dring Team ira à vous !

  19. Bravo les amis!!!

  20. BRAVO LES LEGOS!! Vous êtes incroyables! Et merci d’avoir partagé cette aventure hors du commun avec nous : on s’est régalés!!
    Bonne suite.. sans vélo!
    Bisous

  21. Bravo pour votre voyage. Merci pour la qualité des textes et photos tout au long de votre périple.
    Bon retour par chez nous et profiter bien des qu’elle que semaine d’aventure qu’il vous reste !

  22. quel bonheur j’ai eu de vous suivre et de vous lire pendant votre voyage plein d’émotions et de joie et tant d’autres sentiments aussi.
    Merci de nous avoir fait partager vos magnifiques photos et comptes-rendus plein d’humour. bonne continuation. Christine

  23. waouh que d’émotions, ça y est , vous y êtes arrivés….
    merci de nous avoir fait partager votre périple…tenir un blog à jour c’est du boulot…
    Si vous allez jusqu’a Toulouse, vous êtes les bienvenus à bord à Port-leucate (entre Narbonne et Perpignan). J’espère que vous pourrez venir, mais nous comprendrons aussi si vous ne pouvez pas…
    grosses bises
    et à tout bientôt j’espère!!!

  24. Déjà la fin ?!?? Le temps passe trop vite ! Merci pour toutes ces belles photos et vidéos. C’était incroyable de vivre ça grâce à vous. Bon voyage de retour !

  25. Hello les cyclistes! Je vous avais rencontré au Mexique à Puerto Escondido sur la plage durant mes 2 mois d’école d’espagnol. C’était encore le « début » de votre aventure! Vous êtes arrivés jusque au bout de votre trip a vélo…. chapeau. J’ ai pas mal suivi votre blog que j’ai trouvé très bien. Peut être on se recroisera un jour en Valais! Allez a plus

Répondre à Christine Boerio Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>