• citation lego voyageures 1
  • citation lego voyageures 2
  • citation lego voyageures 3
  • citation lego voyageures 4
  • citation lego voyageures 5
  • citation lego voyageures 6
  • citation lego voyageures 7
  • citation lego voyageures 8
  • citation lego voyageures 9
  • citation lego voyageures 10
  • citation lego voyageures 11
  • citation lego voyageures 12
  • citation lego voyageures 13
  • citation lego voyageures 14
  • citation lego voyageures 15
  • citation lego voyageures 16
  • citation lego voyageures 17
  • citation lego voyageures 18
  • citation lego voyageures 19
  • citation lego voyageures 20

Doutes et renaissance

19 Comments

«  Suis ton instinct, suis ton cœur, ne cesse de garder l’esprit clair pour savoir où tu as envie que ton chemin te mène. Dans les yeux de ton conjoint ou dans les tiens face au miroir de la vie, écoute ce que ta conscience te dicte au plus profond de ton âme »


Doutes et renaissance

Salut les amis,

Cela peut paraître fou mais même dans un voyage aussi fabuleux que celui que nous vivons, il y a des moments d’incertitude ou de doute. De ces moments intimes où l’on se demande si nos choix sont les bons ; si le cap que nous nous apprêtons à suivre est le bon !?

Sans vous raconter tous les détails, nous avions pour projet depuis quelques semaines de voler de Lima à Cape Town en Afrique du Sud et de donner un nouveau sens à notre périple. Qui sait !? S’installer un moment pour découvrir une autre région du monde, repartir en direction de l’Europe au travers du continent oublié.  Même nous, ne savions pas exactement ce qui se passerait une fois là-bas. Mais l’envie était là et le projet semblait bien ficelé ! Billets d’avion en poche, nous comptions les jours nous séparant du grand saut par-dessus l’Atlantique comme nous l’avions fait il y a 15 mois et des poussières.

Puis nous avons passé beaucoup de temps dans cette fabuleuse cordillère blanche et le doute a commencé à nous hanter. Est-ce la bonne décision ? N’allons nous pas regretter de ne pas « terminer » notre route jusqu’à l’Argentine ? Puis finalement, nos yeux ont commencé à laisser transparaître le doute que l’autre a rapidement pu voir. On a beaucoup parlé - secret pour ne pas avoir de secret – puis on s’est rendu compte qu’au fin fond de nos tripes, à nous deux, nous avions encore envie de pédaler un peu plus au sud. Depuis maintenant plus de 450 matins, on vit chaque jour une aventure extraordinaire où rien n’est écrit à l’avance. Une aventure qui se résume à tourner le guidon pour emprunter la route qui nous appelle ou simplement à écouter notre instinct et nos envies. C’est absolument unique et cette sensation s’apparente un peu à une drogue douce qui a un méchant goût de « reviens-y ». Bref, en se regardant dans le blanc des yeux entre nous deux mais aussi et surtout en face du miroir, reflet de l’âme, on a dit…On continue !

powered by WordPress Multibox Plugin v1.3.5

Chez les Incas, il y a un mythe magnifique qui dit que lorsqu’une personne meure, elle renaît au travers du Condor pour recommencer une autre vie. Pour nous, cette décision est notre manière de nous réincarner en deux voyageurs encore plus forts et plus déterminés à sillonner un bout de planète. Dans nos doutes, ou dans nos craintes, on a profité de cette étape pour renaître à notre manière et conforter notre envie de manger la vie à deux tout en accord complet avec nous-même.

Nous avons beaucoup réfléchi avant de vous parler de cet épisode car nous n’étions pas convaincus à 100% de la nécessité d’en étaler les détails. Mais à l’opposé, et c’est ce qui nous a poussé à le faire quand même, on s’est dit qu’il fallait aussi que vous voyiez que même sous les apparences d’un monde de cyclotouriste parfait, nous avions aussi des choix à faire et des réflexions à mener. Et depuis le début de notre aventure, nous avons choisi de partager avec vous TOUT.

powered by WordPress Multibox Plugin v1.3.5

Au départ de Huaraz, après avoir mis en ligne la dernière vidéo, nous sommes remontés en selle avec la sensation que notre renaissance était une chance et que nous n’allions pas la laisser passer. On est parti pour la dernière traversée de cette mystique Cordillère blanche avec encore en perspective un col si haut qu’on est à la limite de la troposphère… Mais ce fût la plus belle des trois traversées ! Gentiment, des 3300m de Huaraz, on grimpe sur une route pavée puis après une bifurcation, on entame la route sinueuse, caillouteuse et pentue qui s’élève en direction du col une quarantaine de kilomètres plus loin. Le paysage est moins tourmenté que les cols précédents et les plaines jaunes-vertes du Paramo sont simplement splendides. Premier bivouac à 4000m puis second à 4700 sous la neige. Réveil glacial dans un paysage de cinéma où le temps semble s’être arrêté juste pour nous laisser contempler les sommets qui nous entourent. Le vrombissement rassurant du réchaud nous promet du riz le soir et de l’avoine le matin. Un plein de glucides que notre corps s’empresse d’assimiler à toute vitesse. Il a compris que nous lui demanderons encore une fois beaucoup. A l’image de nos montures, notre corps est devenu une machine parfaitement réglée qui répond instantanément à nos demandes d’effort. Pourrons-nous le remercier un jour à la hauteur des watts fournis !? Petit détour par le glacier du Pasto Ruri, attraction touristique car accessible en voiture, les touristes nous dévisagent avec effroi car nous sommes là à vélo alors que certain d’entres eux peinent à respirer pour descendre les trois marches du bus. Je crois qu’on est perçu comme des gens…..bizarres !

On monte toucher la glace comme eux sauf qu’au lieu des deux heures qu’ils mettent pour grimper, on met 30 minutes ;-)

powered by WordPress Multibox Plugin v1.3.5

Puis retour sur le vélo pour les 50 dernières mètres avant le col à 4800 qui laisse alors la place à une succession de petites vallées qui nous rappelle encore une fois des décors de ciné. On se laisse aller sur une route plutôt jolie, bien que en gravier, puis on découvre le spot parfait pour une dernière nuit en altitude. On vérifie si nos vivres sont suffisantes pour encore 24h en montagne et après la confirmation, on plante la tente au bord d’un lac dans une moraine glacière. La température est fraîche et l’eau ne doit guère avoir plus de 3 ou 4 degrés ! Mais bon, avec l’insatiable envie de frimer, Johann décide de tester le bain dans un lac à 4850m rempli avec l’eau  du glacier situé quelques mètres plus haut. Après un risque d’hydrocution et la quasi disparition de l’organe reproducteur rétractile masculin, je ressors en vitesse de ce bain d’eau gelée qui a bien failli me tuer. Quelle idée !

Le thé chaud et la portion « Shrek » de riz nous offrent une soirée bien agréable et malgré les flocons qui tentent de nous effrayer, on s’offre encore le luxe de fumer un cigare du Nicaragua qui restera un moment marquant de cette traversée.

Au petit matin, la température est en dessous de zéro et après un petit déjeuner, on file pour les dernières portions de la montée avant de plonger sur une route asphaltée en bas dans la vallée. Les derniers tronçons de la route nous ont laissé pantois d’admiration devant une nature brute, sans empreinte de l’Homme. En pédalant sur un plateau à près de 5000, sans un seul autre bruit que celui de nos pneus, on s’est senti, l’espace d’un instant, seuls sur la planète.

*     *     *

On a poursuivi notre chemin jusqu’à la ville de Huanuco où notre récente décision de poursuivre a généré le besoin de prendre un bus. Expliquons-nous… Dans cette partie du monde, la saison des pluies commence gentiment ce qui signifie beau le matin et de la flotte l’après-midi. On aime ! De plus, si on va jusqu’à Cusco en vélo, nous risquons d’avoir vraiment beaucoup de pluie pour éventuellement aller voir le Machu Picchu et le Salar de Bolivie sera également inondé quelques 800km plus au sud. Alors même si on n’aime pas trop l’idée de prendre le bus avec tout ce que cela implique pour les bagages et les vélos, on a décidé de quand même essayer une fois (une première).

On a donc pris un premier bus jusqu’à Lima puis un second jusqu’à Cusco. Au total, 30h assis dans un siège avec 22h passées à regarder des gens être malades et la sensation que nous ne survivrons pas non plus ! Certes c’est plus rapide mais alors c’est vachement moins drôle que le vélo !

Nous sommes arrivés à Cusco après un rapide passage dans la capitale puis dans les 13’000m de D+ faits à la force du Diesel et non pas des mollets cette fois ! J

powered by WordPress Multibox Plugin v1.3.5

Les plus férus d’histoire et de géographie le savent, Cusco rime avec Machu Picchu, la célèbre cité inca nichée sur une verte montagne. On ne pouvait pas être si proche et ne pas aller voir cette soi-disant merveille du monde. Après quelques investigations pour trouver une formule qui ne nous ruine pas, on est parti pour 6h de bus merdique afin d’atteindre le village d’Agua Calientes au pied de la cité. C’était moins cher que l’alternative train mais alors carrément inconfortable ! Après une nuit courte et un réveil à 4h, on se présente devant l’entrée du parc à 5h ; ouverture du pont d’accès puis c’est parti, on attaque les 1700 marches et les quelques 300m de montée avec la féroce envie de dépasser tout le monde pour être les premiers. Après 34 min, on est devant les tourniquets et il nous reste un quart d’heure à patienter. 6h…Pase por favor ! C’est parti ! On est récompensé de nos efforts, on doit être dans les dix premiers à arriver sur les lieux et on a même droit à un lever de soleil sur le site. Gentiment, le Dieu Soleil inonde de ses rayons les ruines vieilles de plus de 600 ans. Un frisson nous parcourt l’échine tant l’intensité est forte. On pensait que c’était juste LE truc touristique à faire…c’est vrai mais la magie et la beauté qui habitent l’endroit sont indescriptibles et à la limite du réel.

powered by WordPress Multibox Plugin v1.3.5

Au pied de la montagne Huayna Picchu qui semble montrer le visage d’un Inca, les ruines sont là, témoins à travers les âges d’une civilisation ingénue et travailleuse. Certains blocs de pierre pèsent plusieurs tonnes et de récentes études ont démontré qu’elles avaient été acheminées depuis des vallées voisines !

Enfin, on se balade, on arpente les couloirs étroits créés par des murs en pierre et on vit un moment unique. L’appareil photo n’a pas le temps de refroidir et nos jambes non plus. On enchaîne la porte du Soleil (pas la station de ski) et le pont de l’Inca avant de profiter encore de pouvoir contempler l’entier du site. On est redescendu après des heures avec un sourire figé et des yeux brillants d’émerveillement.

Les 6h de retour en bus sont un prix à payer pour avoir passé une si belle journée…on en a marre mais tant pis ; on a vu le Machu Picchu ! Ouaaaaaaah !

On termine notre séjour à Cusco en découvrant la ville qui est une pure merveille elle-aussi. Les étroites ruelles nous rappellent un peu Cuenca ou San Cristobal de Las Casas au Mexique. Les restaurants sont splendides mais leurs tarifs, eux, rappellent la Suisse…on en teste un peu mais avec modération et chaque fois la stupeur au moment de découvrir les prix. Bref, bienvenue à Cusco !

Nous vous écrivons aujourd’hui, lundi, depuis la ville de Puno qui représentait le dernier point rallié en bus. Les vélos semblent avoir résisté et on respire. Dès demain, nous mettons le cap sur La Paz avant de préparer notre traversée du Sud Ouest de la Bolivie.

Découvrez la galerie de photos encore une fois bien remplie.

On vous souhaite à tous un beau début d’hiver puisqu’il semble que la neige ait fait son apparition.

A bientôt

Marie et Johann

19 Comments

  1. salut les jeunes merci pour ces bonnes nouvelles vivez jusqu au bout vos rêves laisser parler votre coeur et écouter votre corps en ouvrant les yeux pour mémorer tout ce que vous voyez devant vous bonne route et a bientôt bisous

  2. Quels super news ! Encore une fois :)

    Bon a part que c’est pas très sportif d’aller jusqu’à Cuzoc et Aguas calientes en bus (Lope**** :p).

    J’déconne :)

    Un grand bravo pour toutes ces magnifiques photos, vous avez vraiment un don !

    Si je peux vous conseiller un hotel/resto à Copacabana (votre prochaines étape j’imagine): http://www.hotelcupula.com/ Ils servent même de la fondue plutôt correcte et une magnifique salade de quinoa. Ils ont aussi un jacuzzi avec vue sur le lac titicaca. Bref, un sympathique quoi si vous voulez vous faire une pause un poil plus luxueuse ;)

    Bon continuation et profitez bien de la bolivie, un grand coup de coeur de notre voyage (mais pas forcement pour leurs conducteurs ^^).

    A++

    François

    • Merci les HEMES pour vos commentaires ! Attention, on tient un tableau avec vos deux noms pour voir qui réponde le plus vite dans votre couple ! ;-) C’est proche !

      Les photos sont belles car la nature l’est….nous on fait que de presser sur le bouton ! ;-)

      Hasta pronto amigos

  3. Toujours un plaisir de vous lire :-)

    Maintenant que vous allez rouler sur nos pas, je me réjouis encore plus d’avoir vos impressions :-)

    Bon courage pour la suite et salutations aux boliviens ;-)

  4. Avec un peu de chance, le patron (allemand) de la cupula vous laissera planter votre tente dans le jardin ;-)

    Et oubliez pas de monter sur le mirador derrière l’hôtel, le coucher de soleil y est pas trop moche :-)

  5. Bonne continuité et YESSSSS allez au bout de vos rêves. Toujours aussi inspirant de vous lire. merci, xoxox

    • Ouiiiii ! Merci le Québec ! On aime savoir que nous vous suivez que vous aimez en plus. Prenez soin de vous !
      BECS

  6. Ahhhh quand on sait écouter son cœur… Il nous conduit toujours au bon endroit !!!! Bravo à vous deux ;) et pleins d’gros becs ! Toute belle suite…

    • Merci Mymi !

      Ouais sauf que dès fois, il faut tendre l’oreille bien comme il faut ! Et ça demande de la souplesse ! ;-)
      Sérieusement, écouter son coeur est bien mais parfois c’est pas forcément le chemin le plus simple qui en sort…Ca demande de la confiance en soi de suivre ses tripes !

      Becs Becs

      • BRAVO les Lego-voyageurs,
        OUF ! j’attendais avec impatience votre compte rendu du Machu Pic chu. J’y suis allée il y a 3 ans et j’ai ressenti dans votre récit, si bien décrit, la même sensation au lever du soleil. MERCI pour ce moment de bonheur.
        Et vous n’imaginez pas ce que vous allez découvrir à La Paz et en Bolivie…Magnifique! Le Salar de Uyuni est une splendeur de Dame Nature…pourvu qu’il ne soit pas recouvert d’eau.
        Bonne route pour la suite de vos aventures et prenez soin de vous. Bises.
        Anne-Lise

        • Voilà un ptit jeu pour vous occuper un moment, les legos. J’ai modifié vos commentaires sur les photos. y a plus qu’à faire des allers-retours :-)

          4 Suisse-allemande sur les bords ?
          5 Vertige
          6 Entrée de musée à Dam
          7 A la chasse
          10 C’est comme ça que tu ranges ton biclou ?
          12 Des années d’éducation …. pourquoi ? Grrr
          13 Envole-moi, envole-mouaaaaa
          14 Faire la roue quand on n’a pas de plume pffff
          16 Mad’moiselle Magnin
          18 Tiens-toi droit !
          22 C’est trop perdu et trop tout seul c’t endroit, rentrez de suite
          23 Lustre sur chambre à coucher
          24 Europapark
          32 Range tes jouets
          41 Les arts de la nature
          42 Cataracte
          45 L’incueillable
          50 Entrée du musée Tussault
          57 Delay 3, 6 ème étage, chambre du fond à gauche
          60 T’as mal au genou ?

  7. Pingback: Bref, on a essayé ! ‹ Lego Voyageurs

  8. BRAVO les Lego-voyageurs,
    ouf! vous avez continué, car j’attendais avec grande impatience votre compte rendu du Machu Picchu. Votre récit est tel que je l’ai vécu idem il y a 3 ans : une merveille au lever du soleil! Et si vous saviez ce qui vous attend à La Paz et au Salar de Uyuni…vous pédaleriez encore plus vite! c’est tout simplement majestueux! Pourvu que la pluie n’ait pas tout inondé. Bon voyage au pays des merveilles. Bisous.
    Anne-Lise

  9. Très bonne décision de conclure ce voyage comme prévu.
    L’afrique peut attendre.
    Vous êtes des solides de supporter des efforts et des températures de la sorte !
    Merci pour ce dépaysement que nous regardons au chaud devant notre ordi.
    Bon voyage Charly et Isabelle.

  10. Votre renaissance efface mon impression d’inachevé de votre magnifique et souvent éprouvant voyage. Loin de moi l’idée de vous influencer. De toute façon vous ne vous laisseriez pas influencer. Alors bonne route. Votre courage sera, est récompensé, par des découvertes merveilleuses. Bises et amitié

  11. les moments de questionnements et de « ras-le-bol » font partie du voyage…
    bises, et merci de nous faire vivre vos aventures
    stéphanie.

  12. Bref,
    il m’a dit : Maman je veux traverser l’Amérique à vélo,
    je lui ai dit, elle est trop large, t’es fou mon fils ?
    Il m’a dit : je veux pas la traverser en large, je veux la traverser en long.
    Je lui ai dit : t’es complètement fou mon fils
    Il m’a dit : Je suis ton fils, Maman
    Bref…..

  13. on choisi ses amis……….bisous

  14. Hello! Contente pour vous – et les Andes – d’avoir choisi de continuer votre aventure! Bravo pour les photos et vidéos, vous êtes des pros et on se régale! Bonne suite et bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>