• citation lego voyageures 1
  • citation lego voyageures 2
  • citation lego voyageures 3
  • citation lego voyageures 4
  • citation lego voyageures 5
  • citation lego voyageures 6
  • citation lego voyageures 7
  • citation lego voyageures 8
  • citation lego voyageures 9
  • citation lego voyageures 10
  • citation lego voyageures 11
  • citation lego voyageures 12
  • citation lego voyageures 13
  • citation lego voyageures 14
  • citation lego voyageures 15
  • citation lego voyageures 16
  • citation lego voyageures 17
  • citation lego voyageures 18
  • citation lego voyageures 19
  • citation lego voyageures 20

L’Amérique centrale

5 Comments

Bonjours à vous tous nos amis !

Et bien nous voici sur le point de fermer un important chapitre de notre voyage. Nous sommes arrivés dans la ville de Panama ce mardi après avoir parcouru quelques 16’500km, passé 950h sur notre selle et gravi près de 130’000m de dénivelé. Les émotions sont nombreuses dans nos petites têtes….la joie d’en être là aujourd’hui….la perspective soudaine de l’Amérique du sud…les souvenirs de tous les gens rencontrés sur notre chemin mais aussi l’inquiétude de prendre l’avion avec nos vélos et tout notre matériel (c’est surtout le Johann qui s’inquiète) ou encore la peine de voir tant de pauvreté dans cette amérique centrale si magnifique.

Revenons un peu sur la traversée de ces pays magiques où les gens sont en général gentils et accueillants même si la sensation d’être de sales riches occidentaux à leurs yeux est toujours présente.
Après la ville d’Antigua et ses incroyables processions fleuries, nous avons continué la traversée du pays en direction de l’Est pour aller en Honuras. Le premier jour fût un de ceux qu’on voudrait oublier mais qui rétrospectivement nous donne des histoires à raconter et augmente notre ténacité. En ce qui me concerne (Johann), j’étais un peu malade les deux derniers jours à Antigua et pas à cause des lapins au chocolat. Mais voilà, fallait bien repartir et on s’est dit qu’on irait molo et qu’on se trouverait un joli coin pour dormir et que ça irait comme ça. Bein voyons…à peine sortis des rues pavées, une grimpette de 9km avec des portions à 20%…sympa ! Franchement, en ce qui me concerne, j’en ai jamais bavé comme ça sur un vélo de toute ma vie ! J’ai même utilisé ma plus petite vitesse ce qui ne m’était pas arrivé dans le voyage….Bref, une fois au sommet, soulagé et heureux d’avoir franchi l’obstacle, nous étions loin d’imaginer ce qui nous attendait. Une descente dans des énormes cailloux avec des sections dignes d’un grand raid cristalp….Mais sans le beau vtt carbone tout suspendu:-) Comme si la difficulté technique ne suffisait pas, les crevaisons sont venues se rajouter à l’aventure. Au total, en 3h, nous aurons eu 2 crevaisons pour Johann et 3 pour Marie….Aaaaaaaaaaahh !!!!! J’ai du bricolé un fond de jante avec du scotch magique et beaucoup de patience….ce que je n’ai pas vraiment ! Pffffff !!! Logiquement, lorsque les crevaisons s’acharnent comme ça, l’heure tourne et nous nous sommes retrouvés aux portes de la nuit dans une nouvelle montée avec des pentes de plus de 20% cette fois et pas du tout de coin de bivouac ni d’eau pour cuisiner. Alors on a attendu la nuit et on s’est réfugié sur le côté de la route pour planter la tente…et on a mangé du pain avec du miel…tant pis pour les pâtes !

On continue notre bonhomme de chemin et on prend conscience de la difficulté des pentes de ce pays. C’est bien simple, il n’y a jamais de jolies pentes ; c’est soit très raide soit très raide…et du coup les descentes sont impossible à savourer car beaucoup trop dangereuses ! On a péniblement rejoint la route de la panaméricana afin de pouvoir traverser la suite du pays mais les montées- descentes sont restées omniprésentes ! Après quelques jours où il y a peu à raconter, nous sommes arrivés au pied de l’ultime bosse à franchir avant le Honduras…une vallée interminaaaaaable sous un soleil de plomb et on a bien souffert encore un fois. Mais quand la frontière vous tend les bras et que la perspective d’un hôtel à 10$ est là, le vélo avance plus vite et mieux ! Voilà, deux « stampels » et 6$ plus loin, on est officiellement au Honduras ! On plonge sur la ville de Copan Ruinas qui abrite un site maya classé au patrimoine mondial et cette idée nous réjouit car nous n’avons pas encore pris le temps de nous imprégner de cette culture. Pour commencer, la ville est magnifique avec ses ruelles pavées et pour ne rien gâcher, elle abrite une superbe pizzeria qui aura eu le mérite de nous rassasier sans nous ruiner (Lol….oui je sais elle était facile)

powered by WordPress Multibox Plugin v1.3.5

On a consacré une journée à visiter le site des ruines et c’était magique de voir une telle empreinte laissée par des hommes vivant il y a 1600 ans ! Nous avons passé le reste de la journée à faire le film sur Antigua que vous pouvez découvrir deux posts plus en arrière.
De retour sur la selle nous avons mis le cap sur Santa Rosa de Copan en prenant un raccourci à travers les montagnes……c’était pas un raccourci du tout ! On s’est retrouvé sur une route en gravier et terre avec des passages dans l’eau, des montées à plus de 25% et rapidement la sensation que nous n’arriverions jamais à destination. Mais comme toujours, lorsque le désespoir est à son comble, il survient une solution….dans ce cas, cela s’est traduit par un pick-up (on pensait même pas qu’il y avait des voitures capables de monter là) qui nous a proposé de nous emmener au village d’après. On a toujours dit que durant notre voyage, on laissait la place au destin, on a dit oui et on a chargé les vélos et nous sur le pont du 4×4. Pour résumer, dans un vieux Hilux 4×4 tout rouillé et avec un mélange essence et jus de canne à sucre, on était 7 personnes, 2 vélos, 1 remorque et tous nos sacs ! On a bien cru que jamais on atteindrait le sommet !:-) Arrivés de l’autre côté de la montagne, dans leur village, ils nous ont proposé de planter notre tente devant leur maison et avec joie on a accepté ! Sacrée immersion dans la culture hondurienne pour nous et on adore ça. En plus, il faut savoir qu’au Honduras, ils ont TOUS une arme à feu sur eux et notre famille d’accueil n’échappait pas à la règle. Quand ils ont vu notre étonnement, ils ont tout de suite voulu nous les montrer….donc en 1min, je me suis retrouvé avec un Smith&Wesson ainsi qu’un pistolet semi-automatique turc dans les mains…..bonjour l’éducation ! Maman(s)….fermez-les yeux ! :-) Ceci dit, leur hospitalité est inversement proportionnelle à leurs armes et nous avons passé un très bon moment ! Les routes du Honduras sont terribles à rouler, il y a des trous partout et il faut rester vigilant en permanence sous peine de tout casser sur le vélo….Nous avons continué notre traversée de ce pays et les routes nous ont conduits à Tegucigalpa, la capitale ! A part dans les livres d’histoires et dans une blague de notre enfance, nous ne connaissions rien de cette énorme ville toute sale et pas du tout accueillante. Mais voilà, on s’est dit qu’il fallait y passer et voir depuis l’intérieur. On a planté notre QG dans un hôtel près des ambassades et on avait un garde armé (matraque, taser et fusil à pompe avec les balles accrochées sur le gilet commando) pour veiller sur nos vélos ! Ouf ! Et c’est pas une blague !

powered by WordPress Multibox Plugin v1.3.5

Pour être honnête, même si la vieille ville est plutôt intéressante dans son style coloniale, le reste est gris, triste et pas très beau. Les coins les plus « beaux » sont des centres commerciaux flambants neufs entourés de fast food dégueulasses américano-hondurien ! Drôle de mélange des genres quand même….Et beaucoup de misère dans les rues alors que des 4×4 de luxe sillonnent la ville ! On est repartis un peu déçus mais heureux quand même de nous être fait notre propre opinion. La sortie de la ville, qui soit-dit-en passant est dans une vallée en forme de bol, fût un sale moment. Raide, longue, chaleur écrasante et des bus crachant leur fumée noire sur nous…..kof kof kof ! Hopefully, we found a very nice piece of land in the forest to set up the tent….La gente es muì amable y no hay problemo para campar. Ma necessitamos siempre a solicitar. Heu désolé….mon cerveau s’est embrouillé….certains jours, nous ne savons plus trop dans quelle langue parler.

Donc après cette nuit réparatrice où nous avons bien failli ne pas manger (la faute à un réchaud capricieux), nous sommes partis plein pot en direction de la prochaine frontière avec le Nicaragua. Mais avant de quitter le Honduras, il nous fallait trouver des cigares….Hé oui, ce pays est un producteur énorme de tabac pour les cigares de luxe et TOUTE la production est prévue pour l’exportation. Pour la petite anecdote, on a rencontré une petite grand-maman qui roule des cigares dans une cahute de montagne et qui les vend à un industriel de Tegu pour environ 1000 Lempiras (50CHF) pour 1000 cigares. Ensuite, après encore quelques étapes de séchage et cosmétique, ils seront probablement vendus entre 4$ et 20$….Et on vous promet que ce n’est pas la petite grand- maman qui s’en met plein les poches…. !
Image de prévisualisation YouTube

On s’est donc dit qu’au même titre qu’on avait essayé le saumon d’Alaska, les burgers et le peanut butter américains, les tacos mexicains ou encore les tortillas, il fallait essayer les cigares ! Alors dans la dernière ville de Danli (qui a donné son nom à une marque de tabac connue chez nous) on a cherché une usine où acheter de quoi fumer. Mais c’est presque impossible car tout est destiné uniquement à l’étranger….après quelques essais, on a réussi à entrer dans une fabrique et nous procurer 2 bâtons bruns pour 4 balles ! De retour en selle, on a terminé ce pays par une montée douce mais constante en direction de la douane où malgré quelques formalités et quelques dollars, tout s’est bien passé. Une superbe descente entre les plantations de café et de bananes nous a mis un point final à la journée avant de trouver un coin pour dormir. L’accablante chaleur nous aura beaucoup poussés à rouler en direction du sud et du coup, on s’est rapidement retrouvé dans la ville de Granada où nous avons retrouvé un ami cycliste de 69 ans, Peter, que nous avions vu sur la côte pacifique aux USA. Logés dans une modeste auberge de jeunesse, nous avons ressourcé nos batteries et sillonné la ville en prenant beaucoup de plaisir à contempler les rues et maisons colorées. Nous sommes repartis pour rejoindre San Jorge, 75km plus au sud afin d’y prendre un « ferry » pour aller sur l’île d’Omotepe.

powered by WordPress Multibox Plugin v1.3.5

Cette île abrite deux volcans dont un que nous grimperons et qui a donné le film tant plébiscité par vous tous !:-) De là, nous avons repris un bateau en direction de la rive sud du Lac Nicaragua que nous avons rejoint 12h plus tard avec une Marie en pleine transition entre 27 et 28 ans….hé oui, nous avons fêté son anniversaire en bateau, de nuit et en dormant sur une tôle….Happy birthday ma guerrière !:-)

Il nous a encore fallu prendre une petite barque pour traverser et remonter un bout du Rio San Juan en direction de la frontière avec le Costa Rica. C’était drôle car nous étions 5 cyclistes au même moment à prendre le même bateau….on vous raconte pas l’empilage des vélos et des bagages…les photos parlent d’elles-mêmes ! Nos routes se sont séparées mais nous avons décidé de rester un moment avec Rares, notre nouvel ami roumain. Désormais à trois, nous avons mis le cap sur la côte caraïbes du pays et avons profité de contempler les plantations de bananes et ananas qui couvrent des milliers de kilomètres carrés. On a vu partir les fruits que vous mangerez d’ici quelques semaines après qu’ils aient traversé la gouille qui nous sépare. Ceci dit, sachez que nous avons maudit les camions Chiquita, DelMonte et Dole qui nous ont rendu notre vie de cycliste bien pénible.

Un peu avant d’arriver à Puerto Vieijo, nous avons rencontré un couple de français, Marie et Olivier, qui voyagent de Seattle à la Terre de Feu, eux-aussi à vélo et qui nous ont invité à dormir dans leur maison temporaire de vacances.

powered by WordPress Multibox Plugin v1.3.5

En plus, il y avait deux familles qui voyagent en camping-car et avec qui nous avons partagé nos expériences, nos impressions mais aussi une super journée à la plage ! Le lendemain, nous sommes repartis (que les deux) pour le Panama ; une belle étape sur des routes plates mais chaudes….encore entourés de milliers de bananiers ! La frontière aura été celle la plus rapidement franchie de l’Amérique centrale : 10min ! Nos premiers tours de roues dans le dernier pays de cette région auront été fidèles aux derniers du Costa Rica….Cependant, on perçoit une différence de classe et les gens ont l’air plus pauvres. Première halte dans une ville du Panama, on fait la connaissance de Judy et Dave qui voyagent à vélo mais en light style et pour une durée plus courte. On a passé une soirée ensemble autour d’une pizza et partager l’expérience des anciens est toujours enrichissant pour nous car on apprend plein de trucs. Finalement, on termine la soirée dans notre chambre d’hôtel et on profite d’un wifi pour nous décider sur la suite du programme. Pour résumer, à ce moment là, on a donc le choix entre naviguer en voilier de Colon à Cartagena durant 4-5 jours ce qui nous coûterait dans les 1200$ au minimum, on peut aussi attendre le fameux ferry promis par les autorités du Panama mais il n’y a pas de date officielle car c’est nouveau et en plus il faut payer en avance….Mais oui bien-sûr ! Et le dernier choix c’est l’avion….Johann est contre car la perspective de préparer les vélos liée au risque que qqch se passe mal durant le transport ne l’appelle que très moyennement. Cependant, on remarque une faille dans le système….Si on voyage en business classe, on a le droit à 2x32kg chacun alors qu’en classe éco, c’est « que » 2x23kg, ce qui est loin d’être suffisant pour tout englober. On vérifie les tarifs et la classe « Ejecutiva » nous coûte ~10CHF de plus chacun !!! Le calcul est vite fait et on signe ! Ça y est, on vient de se fixer une échéance dans notre calendrier et désormais il nous faut pédaler sérieusement pour atteindre la ville. On aime pas trop ça mais bon on ne choisit pas toujours. On repart après une bonne nuit convaincus que notre choix est le bon. De plus, aucunes des deux autres alternatives ne nous auraient permis d’être à l’heure à Bogotà pour réceptionner notre colis tant attendu avec les pneus miracles ! On a franchi la dernière chaîne de montagnes avec….un bus ! On sait c’est pas notre genre mais bon on s’est dit qu’il fallait quand même essayer une fois un mini bus excité d’Amérique centrale….une vraie bombe ! Nos vélos ont tenu le coup et on se demande comment !:-) Une fois du côté pacifique, nous avons pédalé depuis la ville de David en direction de Panama city. Pour être honnête, ce fût une route bien ennuyeuse avec un trafic en constante augmentation et peu de choses à voir. Heureusement, nous avons rencontré plein de gens accueillant et qui ont ainsi rendu ces 500km plus agréables. On a dormi entre autre chez les pompiers, chez des suisses allemands qui vivent là-bas depuis 34ans ou encore dans une minable pension glauque à 8 balles la nuit ! Quelques crevaisons ont bien entendu compliqué l’exercice et Marie en a même profité pour lacérer son pneu arrière ce qui a engendré un puissant trou au travers duquel la chambre à air se faisait un plaisir de pousser !!! On a croisé les doigts et par miracle, il n’y a pas eu de perforations sur les 200km roulés ainsi !

page3image42064

powered by WordPress Multibox Plugin v1.3.5

Ouf ! L’arrivée à Panama a été un grand moment…Sur une route congestionnée, on plonge sur le pont des Amériques et on traverse ainsi l’entrée/sortie du canal de Panama. Ce pont clôture ainsi 16’500km de pur bonheur pour nous. On mentirait si on disait qu’on est resté insensible;-)
Après l’épreuve du pont et le danger de se faire percuter, nous avons plongé dans la ville à la recherche de notre pension Corona. Pédaler avec des vélos chargés dans une ville remplie de trafic, avec un hôtel à trouver et des milliers de trucs à regarder tout autour de nous…Pffffffff ! Encore une fois, on s’en est bien sorti et on a trouvé notre modeste pension avec un accueil gentil et la volonté de nous aider avec nos vélos. La chambre était simple mais suffisamment grande pour abriter 2 cyclistes et leurs montures. Le lendemain, il a bien fallu ré-enfourcher les bêtes pour trouver des cartons à vélo et on s’est replongé dans l’infernal trafic durant 30min avant de trouver un bike shop où il venait d’y avoir un arrivage de cartons flambants neufs et dont personne n’avait plus besoin. On est repartis avec deux vélos qui ressemblaient à des avions avec une aile arrière !!! Mort de rire et super dangereux parce que sur la route, on prenait quasiment une piste entière !:-) On a ridé très concentrés sur la route et une fois arrivés devant l’hôtel, en sueur, on s’est regardé et on a pouffé de rire en se disant que si nos mamans nous avaient vus, elles nous auraient tout simplement super grondés !!!

powered by WordPress Multibox Plugin v1.3.5

On a passé le reste du temps à nous balader, flâner un peu dans le plus grand centre commercial d’Amérique Latine (Albrook center)…un vrai truc de malade soit-dit-en passant, et on a bien évidemment emballé les vélos et fait les bagages ce qui nous a pris passablement de temps !
Une fois tout 100% emballé et prêt, nous avons mis le cap sur l’écluse de Miraflores où transitent pas moins de 14’000 navires par année. On a profité du visitor center et on a même pu voir passer deux bateaux monstrueux ! C’est incroyable de les voir passer dans un canal minuscule avec 1m de chaque côté…et le cycle de montée/descente dure à peine 8min….c’est juste rien pour déplacer une masse pareille. On a terminé la journée et mis un point final à cette partie pré-Amérique du Sud avec une soirée pizza dans le vieux Panama appelé Casco Viejo. C’est Marie qui adore les pizzas ! Le lendemain, avec un brin d’anxiété, nous avons mis le cap sur l’aéroport Tocument et sommes arrivés deux bonnes heures à l’avance. Le check-in tant redouté s’est bien passé si ce n’est qu’il nous a fallu grouper un peu nos bagages pour ne rien payer. Par chance on avait pris le cellophane en trop avec nous ainsi que le scotch….on s’est donc mis à faire des balluchons de course devant le guichet de check-in et après 10min, tout était loin sans que ça nous ait rien coûté ! En fait, le truc c’est que nous avons réservé des places en classe business….On sait on sait ça fait bourge, mais pour 10 balles de plus…10 balles !!! On a eu droit à 2x32kg chacun ce qui a réussi à couvrir tout notre matériel ! Le vol s’est divinement bien passé et le délicieux repas accompagné de champagne et vin rouge a permit à Johann d’oublier son anxiété quant à la santé des bikes:-)

«…Petite anecdote qui nous a fait hurler de rire en plein classe business : On s’est fait servir une coupe de champagne en attendant le décollage et on la savourait tout tranquillement lorsque l’hôtesse à commencé à ramasser les verres (partiellement remplis) de nos dix voisins de cabine. Alors tels les alcooliques au sommet de leur art, et sans même nous regarder ou nous concerter, on a chacun empoigné notre verre avec entrain et hop on a sifflé le reste du Champagne….on s’est regardé et on a explosé de rire !!! Seuls nos deux verres sont repartis vides en cuisine !!! …»

Après un atterrissage tout en douceur, on est passé à l’immigration sans aucun problème et on est arrivé au tourniquet à bagages où nous attendaient deux vélos et tous les bagages….on en aurait pleuré ! Un dernier passage pour nos cartons dans le tunnel à rayons X et hop…nous voici en Colombie ! Nous avons retrouvé alors Rafael, un hôte warmshower qui est venu nous chercher avec une grosse voiture et après les présentations, nous sommes allés manger dans un gigantesque centre commercial dans le genre américain. Rafael est un cycliste colombien de 33ans et qui a du matériel à faire pâlir de jalousie deux suisses comme nous ! VTT et vélo de route en carbone….bref, la classe car on s’attendait pas à trouver des vélos comme ça ici ! La soirée a été consacrée au remontage des vélos pour Johann et déballage des valises pour Marie. A 20h30, tout était prêt et après un douche, on vous raconte pas la nuit après une journée remplie d’émotions….rien vu ! Au réveil, lundi de l’Ascension, nous sommes partis rouler dans les rues de la ville et avons fait 50 bornes. En fait, tous les dimanches, les grandes artères de la ville sont fermées aux véhicules et ouvertes aux cyclistes et piétons…genre Slow up mais plus régulier. On s’est juste régalé à découvrir la ville comme ça ! On a profité de la ville et des jours suivants pour nous balader que les deux et chercher deux trois trucs pour compléter ou remplacer notre matériel. Mercredi 23 mai, nous sommes allés à l’ambassade de Suisse pour voir si notre colis était arrivé…OUI ! Il était là….attendu par deux cyclistes en mal de pnours et on était un peu au centre de l’attention des collaborateurs. Monsieur Fabiano a été très intéressé par notre aventure ; on parlé 10min et après de chaleureux remerciements ainsi qu’une photo, nous sommes repartis avec notre colis sous le bras…C’était lourd !

powered by WordPress Multibox Plugin v1.3.5

On profite encore une fois de remercier tous ceux qui nous ont aidé dans cette aventure au coeur de l’aventure. Sans la persévérance de Jennifer, la technique de mon papa et la générosité de beaucoup, nous n’aurions pas eu la chance que tout se déroule si bien. MERCI à tous !!!
Un p’tit clin d’oeil aussi aux cycles Froidevaux qui nous ont obtenu les pneus dans un temps record !

Découvrez notre nouvelle galerie photos consacrées à ces quelques pays d’Amérique centrale…encore une fois, elle est bien consistante !

Hasta luego los amigos !

Prenez soin de vous et au plaisir de vous lire.

Marie et Johann, vos LEGOs

5 Comments

  1. Trop mignons ces enfants couleur café ;-)
    Demain en faisant mes courses, je vais regarder les bananes d’un autre oeil ! Les bananes qui ont vu passer la femme qui roule avec l’homme qui a vu l’ours ! C’est amusant de voir cette ouvrière qui roule les cigares presque comme moi, les bricelets.
    Bisous les deux fous.

  2. Toujours beaucoup d’émerveillement à découvrir vos belles images. Continuez à nous faire partager vos rêves. J’aime vraiment découvrir toutes ces belles contrées. Encore merci maman

  3. bonjour les jeunes que du bonheur de vous lire. alors ce cigare c est bon??? plus que quelques heures et nous arrivons au 27 mai aie comme le temps passe merci de nous vieillir joyeux anniversaire plume plume et bonne continuation vous envies plein de smacks

  4. Wouaa, que d’aventures ! Encore et encore!

    C’est vraiment toujours un vrai plaisir de vous lire, et de se dire que finalement, on est des voyageurs pépère (presque façon grand parents) quand on voit tout ce que vous faites !

    On vous souhaite une belle découverte de la colombie! Au vu des dires des deux autres suisse qui vous précèdent, c’est beau et c’est bien!

  5. Ouah….quelle aventure les amis…magnifiques vos photos merci de nous les faire partager ! Bonne route soyez prudents et fini de rouler avec des cartons en travers de vos bikes pppffff ah ces jeunes… ;-) )
    On vous embrasse fort fort fort <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>